Libre-penseur, rationaliste et humaniste, je me définis comme un optimiste
qui a une grande foi en l'Homme et ses capacités à faire du bien, mais ne néglige pas
les dangers que peuvent générer tous les obscurantistes du monde entier...

vendredi 19 mars 2010

20 Mars 1956, la marche vers l'indépendance

Le 20 Mars 1956, la Tunisie proclame son indépendance, après 75 ans de lutte contre le colonisateur Français, après tant de changements sur l'infrastructure, le mode de pensée et surtout dans un contexte mondial tout à fait différent, la Tunisie est devenu un pays souverain, le Bey ne fera que la transition entre le protectorat et la République Tunisienne bâtie par Feu Habib Bourguiba








La marche vers l'affranchissement total du pays est en cours de route, les faits les plus marquants seront l'abolition de la Monarchie, la proclamation du CSP (marquant ainsi une certaine différence avec les voisins arabes) en 1957 et après en 1963 la récupération de la base militaire de Bizerte encore aux mains des français ainsi que la nationalisation des terres agricoles (1964). Une fois ces actions accomplies, la construction de l'état souverain et moderne (déjà en marche) prit sa vitesse de croisière, la mise en place d'un état libre n'était pas que matérielle, Bourguiba prit la responsabilité d'éduquer le peuple et son influence est toujours très grande même 22 ans après sa destitution et 10 ans après sa mort, je vous propose d'écouter qqes uns de ses fameux discours fondateurs ( étudiants, formation des générations futures, autosuffisance ) .
Les difficultés viendront d'elles-même après, sans oublier bien sur quelques lacunes dans la mise en place d'un état souverain. L'expérience socialiste (avec tout les drames humains qu'elle causa) jusqu'à 1969, le panarabisme (1974) (auquel une majorité avait cru à un certain moment), et les évènements de Gafsa (1980) fragiliseront l'édifice national et entacheront la cohésion qui était entrain de se former entre les régions.
D'un point de vue économique, c'était un peu plus compliqué, l'échec cuisant du socialisme à la Tunisienne, poussa à promouvoir Hédi Nouira en tant que premier ministre: c'est le tournant libéral de l'économie tunisienne. L'économie du marché ne connaissant pas de frontières, la Tunisie trainera encore un peu sa dépendance envers l'occident ainsi que l'orient.

Bourguiba vieillissant et de plus en plus sous influence, subira les conséquences de sa décision de donner plus de pouvoir aux islamistes au sein de l'université tunisienne afin de minimiser l'influence d'une gauche forte et dynamique, les émeutes du pain selleront à jamais le destin du Pére fondateur de la Tunisie moderne, il sera déposé en 1987 par son "fils" Ben Ali qui cumulait à l'époque plusieurs postes clés comme celui de premier ministre, chef de la sûreté nationale ainsi que secrétaire général du PSD.



La tentative de la réconciliation nationale entamée par le nouveau président ne tiendra pas plus de deux ans, les élections de 1989 avec le raz-de-marée (information à vérifier) islamiste sonneront le glas de l'ouverture politique, s'en suit alors une purge des Islamistes et certains Hommes de Gauche applaudiront cette "laïcisation" de la scène politique tunisienne mais en seront rapidement victimes, car le durcissement de l'état envers les partis politiques ne s'arrêtera pas aux Frères d'El Nahdha, mais touchera bien d'autres formations qui se retrouveront constamment harcelées et empêchées de travailler dans de bonnes conditions.
La guerre en Irak aura permis au régime tunisien de regagner une crédibilité sapée par les évènements de 1989-1990, prenant position "avec" Saddam (chouchou des peuples arabes à l'époque) alors qu'il venait juste d'arriver au pouvoir, Ben Ali se rachètera en refusant de se rendre au Sommet Arabe qui donnera la permission aux forces de la coalition de libérer le Koweït, ce qui lui vaudra aussi les foudres de certains monarques du Golf.

Profitant d'un contexte local très avantageux: La guerre civile en Algérie et L'embargo en Lybie, le régime tunisien continua sur sa lancée de consolidation de la cohésion sociale, surtout avec le projet 26-26, qui malheureusement prendra à la fin rôle auquel il n'aurait pas du être destiné (je développerais ce point à un autre moment).

Malheureusement, un tournant très important a été raté en 1999, car avec 3 candidats s'opposant au président sortant, il recueillera quand même presque 99.5% des suffrages, les élections suivantes ne feront que montrer qu'un vrai pluralisme ne verra pas le jour demain en Tunisie.

Une autre dépendance irritera bien les Tunisiens, c'est celle des libertés en général, toujours pointée du doigt, la Tunisie n'a pas su s'affranchir des accusations portées par différentes ONG et états occidentaux, et malgré des tentatives timides dans le domaine (La fameuse "démocratie naissante" adoptée par les défenseurs du régime), le chemin est encore long avant de voire en Tunisie un démocratie où les élections ne seraient pas jouées d'avance, ou un seul parti ne serait plus le seul visible sur la scène médiatique, on aura donc rater le coche pour pouvoir batir un modèle tunisien qui serait digne de respect parmi les autres nations.

L'indépendance d'un pays, mélange entre autosuffisance et croyance d'un peuple en un avenir commun, est assez bien réussi en Tunisie, malgré les problèmes économiques et les problèmes qui lui sont inhérents (immigration clandestine, inégalités entre les régions, sentiments d'injustice, soulèvement du bassin minier), la dépendance culturelle envers et l'occident et l'orient entravera l'émergence d'une culture tuniso-tunisienne, le délassement des penseurs et autres artistes tunisiens après la déroute du communisme mondial, les répressions, les soulèvements et beaucoup de mauvais choix politiques...

3 commentaires:

  1. ahhhhhhhhhhh le copieur c'est ma template méchantttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttt:p

    RépondreSupprimer
  2. je l'ai depuis trois mois moi cette template :)

    RépondreSupprimer

قبل ما تعلق على التدوينة تعمل مزية ترحّم على روح الشهداء و أشكر الثورة المباركة اللي خلاتك تنجم تكتب أش تحب منغير ما تبدى تتلفت وراك شكون قاعد يقرالك، تذكر زادة اللي كان أنا نسكت و إنت تسكت البلاد تعاود تدخل في حيط، لذا عبّر أختي/خويا بكل حرية و بكل مسؤولية