Libre-penseur, rationaliste et humaniste, je me définis comme un optimiste
qui a une grande foi en l'Homme et ses capacités à faire du bien, mais ne néglige pas
les dangers que peuvent générer tous les obscurantistes du monde entier...

mardi 31 janvier 2012

نهاية

4 commentaires
الساعة الثالثة و ثمانية و خمسون دقيقة، لا شيئ سوى بصيص من ضوء القمر ينير غرفته، أزاح غطائه ببطء و واصل تأمّله للسقف ببلاهة ثم إنتصب واقفا و إتجه بخطوات سريعة نحو النافدة ليفتحها على مصراعيها، إستنشق الهواء ملء رئتيه، كان يحب هواء أخر الليل برطوبته و برودته، لطالما خفّف هذا الهواء محنه و مشاكله لكن هذه المرة لم تكن كسابقاتها فأطلق سبابا متواصلا قبل أن يشعل سيجارة، جذب هوائها بقوّة و أحسّ كل شرايين رئتيه تشتعل نارا ثم نفث الدخان أملا في أن يتخلص من النيران التي تشتعل بداخله دون جدوى، تأمّل نارها للحظات و خُيّل له أنه يرى أحشائه تلتهب أمامه، منذ أسابيع كان يحسّ بحرقة داخلية لا يعرف سببها لكنها أرّقته ليالٍ طويلة، أغلق النافذة ثمّ عاد على أعقابه إلى شقته فرأى بقايا سهرته الفارطة: قوارير جعة مبعثرة، منفضة ممتلئة و كتاب، تقدّم ليتناوله فأزكمت رائحة ما على المنضدة أنفه، فجمع النفايات كلّها ساخرا من القدر الذي طالما حوّل وجهته عن كل ما كان يحبّ عامّة و الكتب خاصة ثمّ ألقى نظرة سريعة على حاسوبه باحثا عن من يؤنسه في هذه الليلة الموحشة لكنه سرعان ما تخلّى عن الفكرة بعد دقائق طويلة و ثقيلة من الصمت المطبق و قرّر أن يهاتف عشيقته السابقة، رنّ هاتفها مرارا  دون إجابة و تساقطت دمعات على وجنتيه في آن واحد عندما عادت به ذكرياته إلى أيام الصفا مع حبيبته الأولى قبل أن تفرّقهم الألسن و الأقدار، مسح دموعه بسرعة كما لو كان يخشى أن يراه أحدهم في ظلام الليل... جال بخاطره أن يهاتف أمّه أيضا، لكنّه لم يكنّ قادرا على تحمّل أكثر من صدّ في نفس الليلة، و قال في قرارة نفسه: "لم أكن إلى جانبها عندما رحل والدي و فضّلت عليها أصدقاء السوء و ما كنت أتصوّره آنذاك "الإستقلالية عن العائلة" عندما كانت طريحة الفراش و هي اليوم أفضل حالا بفضل أختي و خاصة بعيدا عني فلماذا أطلب منها أن تكون إلى جانبي اليوم؟"، نفض جانبا كل خواطره العائلية وحاول أن يعدّد مناقب حياته المستقلة اليوم، يستفيق كلّ صباح دون أدنى رغبة في عمل لا يحقق فيه ذاته و يشتمه رئيسه بأقذع النعوت بسبب 5 دقائق تأخير هذا إلى جانب زملاء يقضّون كامل يومهم في النميمة أو التحاليل الكروية أو نصائح الطبخ فينعزل بنفسه عنهم آسفا في قرارة نفسه لتقضية وقته وحيدا منبوذا فينهي عمله بسرعة ليمضي بقية يومه و جزءًا من ليله بين مقاهي و حانات المدينة، فتارة يجد النديم المثالي فيطول بهما الليل مناقشين كل المسائل الفلسفية و القضايا السياسية الممكنة و تارة أخرى ينهي ليلته مع إحدى بائعات الهوى آملا أن يجد في إحداهنّ حبّه الضائع منذ سنين لكنّ غالبية لياليه كان ينهيها مخمورا باكيا على حظه العاثر و القدر الذي ما أنفكّ يسمّم حياته يوما بعد يوم، كانت هذه حصيلة سنوات طويلة و عجاف من "الطيران بأجنحته" كما يقول الفرنسيون: حطام حياة عاطفية، شبه حياة مهنية، مصاعب مادّية جمّة و كبد ينتفخ يوما بعد يوما بما يشربه من سموم لينسى فشله في كلّ خطوة خطاها في حياته القصيرة
جلس إلى طاولته و خطّ هذه الجُمل بسرعة محمومة ثم فتح نافذته ثانية و أعتلاها، من خلال طابقه السابع ألقى نظرة على المدينة التي بدأت تستفيق ببطء و أحس تجاهها بحب لا متناهي رغم أنه قضى سنينا لا يتمنّى شيئا غير مغادرتها، لفح البرد أعضاء جسده لكنّه لم يحسّ سوى بالنشوة تتدفق في عروقه، أخيرا الحرية، أريد أن أحلّق كالطّير و لو لثواني معدودة. فتح ذراعيه و أستنشق الهواء بقوّة ثم قفز إلى الأمام...


samedi 7 janvier 2012

Retour aux sources

1 commentaires
Ce soir, je prends la mesure de la gravité de la situation de la Tunisie.

Le pays est à sa cinquième immolation depuis 4 jours, dans 5 gouvernerats différents, et le tunisien est, comme à son habitude, digne mais pacifique, s'immoler c'est l'ultime geste de désespoir, mais surtout le plus digne, on décide de se brûler en espérant que ce feu intérieur qui nous consume depuis longtemps puisse s'éteindre avec notre chaire, on s'immole parce que l'on ne croit plus en rien, parce que l'on veut faire entendre sa voix, dire que l'on existe et qu'on utilise tous les moyens pour le monter! Mais si 5 tunisiens se sont immolés, des centaines de milliers brûlent et se consument tous les jours, par un regard d'une femme à qui on n'a pas ramené les courses pour nourrir les enfants, de la tête désespéré de l'enfant à qui on ne peut acheter ce qu'il voulait, cette peine de devoir esquiver le locataire, de voir les gens remplir leur caddies quand on ne peut soi-même s'offrir un pain, j'en passe et des meilleures...


Je ne suis nullement entrain de faire un réquisitoire contre la Troïka, certains problèmes durent depuis parfois une centaine d'années, et il serait raisonnable de demander au peuple d'assumer son silence sous les dictatures, mais je ne peux que regretter leur excès de promesses pré-électorales, comme si sans Ben Ali la Tunisie méritaient sa place parmi les pays les plus développés en oubliant (ou en faisant exprès d'oublier) la situation très précaire du pays et la crise économique mondiale et je ne peux que m'indigner face à légèreté avec laquelle se comportent nos élus, et surtout leur sens des priorités.

Les même qui encourageaient les sit-in sous le gouvernement Sebssi les diabolisent aujourd'hui, et ça sera le cas pour l'opposition actuelle si elle accédait au pouvoir aux prochaines élections, c'est aussi valable pour la situation économique désastreuse du pays.

Concrètement, même si le gouvernement est légitime, le même champs lexical compréhensible et fortement langue de bois que Ben Ali nous a servi pendant des décennies est entrain de répéter: "Plans, programmes, Mécanisme 16, investissements, crédits" etc... Mais le jeune tunisien chômeur ne comprend pas ces mots, ne veut pas les comprendre, et puis qu'elle est la différence entre un dictateur qui ne lui trouve pas de travail et un démocrate qui ne lui trouve pas de travail? Absolument aucune.



Le sens des priorités aussi: aujourd'hui la séance de l'Assemblée Constituante a été fortement perturbée par une polémique sur l'utilisation de la langue française ou l'arabe et l'identité tunisienne, je ne pense pas que ceux qui se sont immolés se sont posés la question: "Vais-je m'immoler avec de l'Essence ou du Benzine?"


Chère Troïka, chère opposition: merci de bien vouloir prendre vos responsabilité, de revenir aux sources de cette révolution si belle, si parfaite qui n'a cessé de dévier de ses objectifs d'origine: Travail et Dignité, ne pas se sentir étranger dans son pays, ne pas sentir une différence pesante avec les plus riches du pays et ne laissez pas ces écarts devenir importants entre la classe moyenne et les plus pauvres, ce jour là le pays sera définitivement perdu! Partez à l'écoute de votre peuple il n'a plus envie d'être mis sous tutelle, il veut faire parvenir sa voix et participer à trouver des solutions, à laisser de côtés ses demandes s'il trouve l'oreille attentive, assumez d'avoir tout peint en rose avant les élections et parlez nous des vrais sacrifices qu'il faudra faire, ce peuple a montré sa grandeur et sa maturité, il s'est relevé et à vous responsables de lui tenir la main pour que l'on puisse marcher ensemble vers un futur meilleur !

Vive la Tunisie !


vendredi 6 janvier 2012

Engagez-vous

7 commentaires

L’idée d’écrire cet appel à l’engagement m’est venue à l’esprit quand j’ai eu la chance de rencontrer Gilbert Naccache pour la première fois pour une longue entrevue, il était l’invité de notre association, on était cinq à l’attendre, il s’était assis et moi j’éprouvais beaucoup de fierté à le rencontrer, car derrière ce visage fatigué et ce corps tremblant, je voyais une grande Histoire, il traînait derrière lui 40 ans de lutte acharnée contre le despotisme, des longues années de prison et plusieurs livres, chose exceptionnelle en Tunisie et même dans le monde.
A la question “Parlez nous de vous et de votre engagement”, il avait répondu, et là j’espère ne pas avoir trahi le sens: “Mais on s’en fout de mon parcours, ce qui compte aujourd’hui c’est vous, jeunes qui vous engagez dans la société civile, c’est cette expérience qu’on a envie de connaître et de partager!”

Alors, pour faire court, et sans tomber dans des particularités, voilà ce que l’engagement citoyen (associatif en particulier) m’a apporté.

Depuis Janvier 2011, j’ai rencontré de nouvelles personnes, j’ai appris à travailler en équipe, j’ai compris que j’étais doué pour certains trucs mais pas pour d’autres, j’ai connu de futurs députés et de futurs ministres, j’ai rigolé un bon moment avec le futur président de la république, j’ai appris à animer des débats politiques, j’ai appris à servir le thé et le café avec le sourire, je me suis démonté le dos en rangeant les chaises et les tables, j’ai mis des t-shirts ridicules, j’ai du écrire des articles sous la menace et la torture psychologique, j’ai rencontré des gens exceptionnels, j’ai voyagé à Redeyef juste pour faire une interview, je ne me suis pas fait rembourser pour le voyage, j’ai appris à faire du montage vidéo, j’ai appris à faire du montage audio, j’ai fait des interviews filmées/téléphoniques sans prendre rendez-vous, j’ai fait des nuits blanches pour finir les tâches qui m’étaient assignées, je me suis fait engueuler, j’ai appris à me faire critiquer sans me fâcher, j’ai appris à proposer des projets qui n’intéressaient personne, j’ai écrit des articles que personne n’a lu, je connais par coeur les noms des partis présents à l’assemblée, je connais la moitié des visages qui y siègent, je sais faire la différence idéologique entre Watad, Mawad, 3awd, j’ai mangé du couscous dans le local d’un parti politique, j’ai rencontré des gens exceptionnels, j’ai appris à mettre en avant mes qualités et limiter les dégâts de mes défauts, j’ai compris l’importance du travail en équipe, j’ai passé 14h à dépouiller pendant les élections, j’ai passé 24 h à boire du café, j’ai assisté à des formations à des heures pas possibles, j’ai eu des discussions interminables avec toutes les idéologies possibles et imaginables, j’ai pris la mesure des limites de nos propres pensées et nos propres visions, j'ai mené à bien des projets ambitieux, j'ai foiré plein de projets réalisables, je me suis découvert des qualités et des défauts enfouis.



Bref, je me suis connu, j’ai connu les tunisiens encore plus, le tout en ayant le sentiment d’avoir servi mon pays, alors jeunes, si vous voulez servir votre pays tout en vous “élevant” personnellement, alors engagez vous, faites le pour votre famille, pour votre quartier, pour une cause qui vous tient à coeur, pour votre pays, c’est le moment ou jamais!